Localisation

Formats

Langues parlées

PAULINE DÉROULède

“Après un accident en octobre 2018 ou j'ai perdu ma jambe gauche, et des longs mois d'hôpital, j'ai décidé de poursuivre un rêve : celui de participer aux JO de 2024 à Paris.”

Nouvel espoir olympique du tennis handisport, consultante sportive

Thématiques 

 

Champs d’expertise

 

Pauline est une athlète hors du commun qui incarne parfaitement la notion de résilience. A travers ses conférences, elle partage son objectif concret, ambitieux et inspirant, celui de participer aux JO de 2024 à Paris, tout en véhiculant des messages forts sur le dépassement de soi, l’ambition ou encore l’art de se réinventer et d’atteindre ses objectifs. 

Pauline Déroulède a vu sa vie basculer il y a trois ans lorsqu’un automobiliste nonagénaire la fauche en pleine rue. Amputée de la jambe gauche, Pauline se bat aujourd’hui pour que soit mis en place un test d’aptitude à la conduite. Sportive de haut niveau, elle poursuit également un rêve : remporter en tennis fauteuil les Jeux Paralympiques de 2024. 

Paris, octobre 2018 : Pauline Déroulède attend, assise sur son scooter à l’arrêt, sa compagne partie acheter un bouquet de fleurs dans une boutique. Survient le choc : un conducteur de 90 ans perd le contrôle de sa voiture et la percute violemment. La jeune femme de 28 ans est propulsée à plusieurs mètres, la jambe sectionnée. Hospitalisée à l’hôpital militaire de Percy, elle apprend à son réveil son amputation. Elle, si pleine de vie, assistante réalisatrice la semaine et coach de tennis le week-end, est totalement dévastée.

Commencent alors de longs mois de rééducation pour se réapproprier son corps meurtri et réapprendre à marcher avec une prothèse. Grâce à l’amour de son amie et au soutien de ses proches, Pauline retrouve peu à peu sa force et sa combativité. Pour eux et pour toutes les victimes injustement frappées, elle se fixe alors plusieurs objectifs.

En apprenant que le chauffard qui l’a renversée est un monsieur très âgé et inconscient du danger que ses pertes de réflexes pouvaient causer, Pauline décide de se battre pour que ce drame ne se reproduise plus. Elle réclame la mise en place de tests d’aptitude à la conduite, afin de vérifier les capacités cognitives et sensorielles des conducteurs. 

La jeune femme rencontre des personnalités politiques et plaide pour qu’un futur projet de loi rende obligatoires des tests d’aptitude tous les 10 ans après l’obtention du permis de conduire, puis tous les 5 ans à partir de 70 ans et tous les 2 ans à partir de 80 ans.

Si la colère lui a d’abord donné la force de se battre, Pauline a trouvé dans le sport un autre exutoire. Quelques heures après son accident, elle se souvient de sa première pensée : « Je me suis dit : « je vais faire les Jeux Paralympliques. Cette idée a tout de suite été présente dans mon esprit.  A l’hôpital miliaire, j’étais entourée de héros, des soldats d’élite qui avaient été blessés au combat. A leurs côtés, je suis passée en mode guerrier » confie Pauline qui dès lors se fixe l’objectif des JO pour tenir le coup. 

En juillet 2019, elle participe au programme « La Relève » lancé par le comité paralympique, avec le triathlon en tête. Joueuse de tennis de seconde série avant son accident, il lui parait d’abord impensable de jouer en fauteuil. « J’avais un blocage psychologique » avoue-t-elle. C’est sa rencontre avec Stéphane Houdet, ex-numéro 1 mondial, champion paralympique et multiple vainqueur de tournoi du grand chelem, qui la décide finalement. « Il était « marchant » comme moi avant. Nous étions amputés de la même jambe, avions le même classement. Il m’a montré le jeu en tennis fauteuil, qui est un sport tout aussi physique. Et ma passion pour la petite balle jaune a été plus forte que tout ! »

En septembre, Pauline est accueillie au Comité des Yvelines à Feucherolles. Elle qui avait toujours rêvé de devenir sportive de haut niveau suit désormais le rythme intense des athlètes, avec quinze heures de tennis et six heures de préparation physique par semaine. Peu à peu, Pauline retrouve le goût de l’effort, la quête de performance et l’envie de gagner ! Depuis, elle enchaîne les tournois pour figurer parmi les meilleures joueuses mondiales. En début d’année, elle se classe dans le Top 3 tricolore ; en mai, elle participe à son premier tournoi international avec pour ambition d’atteindre le Top 50 mondial. Désormais, toute son énergie est tournée vers la réalisation de son rêve. « Les JO 2024, c’est mon moteur. Je serai très fière de porter les couleurs de la France, surtout à Paris. Avec mon esprit de compétitrice, je ne vais pas me contenter de vivre ce moment fantastique. Je vais aller décrocher une médaille, et pourquoi pas la plus belle »

Découvrez aussi 

Vous souhaitez faire appel À l'un de nos intervenants ?

Pour prendre rendez-vous, faites une demande en ligne via notre formulaire, ou contactez-nous directement à contact@orators.fr
et au 06 99 24 20 83